Premiere leçon de wolof.

Petit rappel inter-ethnique. Bien que le français demeure la langue number one du Sénégal, dans la vraie vie les choses sont un peu différentes. En effet, il ne faut pas s’imaginer que les gens parlent français entre eux une fois à la maison, et encore moins les enfants. En fait le Sénégal dispose d’une dizaine de langues officielles après le français, et le wolof se situe en deuxième position. Autant dire que le français demeure la langue des touristes, du commerce et de la diplomatie, mais dans la vie de tous les jours les sénégalais parlent wolof à 40%, et ce dans diverses ethnies. Par exemple, je suis une « Toubab » qui vit chez les « Libous » (= ceux qui vivent au bord de la mer) et je dois apprendre le wolof, qui n’est pas si facile. Après l’histoire coloniale a laissé ses empreintes même dans la langue, car de nombreux mots français se sont glissés dans le dialecte wolof de tous les jours et perdurent encore aujourd’hui. D’ailleurs c’est plutôt marrant d’entendre des mots de notre langue dits en « petit noir », dans le genre du gros bonhomme de Banania(Ya Bon;) ), après c’est surtout utile pour comprendre des discussions en wolof car mine de rien, un ptit mot de français par ci par là permet d’avoir ses repères.

Bref j’arrête ici, et vous laisse découvrir cette modeste compilation de proverbes wolofs…..écrits en phonétique, en cadeau aux aventuriers intrépides qui n’ont rien d’autre à faire que de les lire à voix haute !!

Yobbanté galgal tassoul lamb
Les menaces ne font pas gagner un combat de lutte.

Seytané wakhoul deugg wanté yakhanab khél
Satan ne dit pas la vérité mais provoque le doute.

Xalel poto-poto la, nooko raaxeh rek lay weyeh.
L’enfant c’est de l’argile,il prend toujours la forme qu’on lui donne.

Yàgg du saabu, waaye dana fóót.
Le temps n’est pas du savon, mais il blanchit.

Bët du yenu waaye xam na lu bopp àttan.
L’œil ne porte aucune charge, mais il sait ce que la tête est capable de porter.

Su may dee ci àll, gayndee may rey.
Si je dois mourir dans la brousse, que ce soit le lion qui me tue.

ñu bokh teen ñooy laxasooy goj.
Ceux qui partagent le même puits emmêlent leur corde.

Dooley jën ndox.
La force du poisson c’est l’eau.

Soo xamoon li lay yoot, nga bàyyi li ngay yoot, te daw.
Si tu savais ce qui te guette, tu laisserais ce que tu guettes et te sauverais.

Lu la bett mën la.
Tout ce qui te prend au dépourvu est plus fort que toi.

Ku bey sa bànneex, góób saw naqar.
Celui qui cultive son plaisir récolte une douleur profonde.

Waxi ndee bu taxawee, ndund yaa tax.
Si les paroles d’un mort restent debout, c’est à cause des vivants.

Publicités

~ par anabarbera sur 15 février 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :