Setal Sunu Senegal.

8 mai.

Inauguration à Dakar du travail de 2 mois sur un sujet devenu classique mais incontournable : l’environnement. Avec une vingtaine d’enfants de Grand Mbao, nous avons développé le thème du « pourquoi c’est mal de jeter les ordures par terre » à son paroxysme, mais dans un cadre artistique étendu, projet nommé « Setal Sunu Senegal ». De la peinture au papier mâché en passant par le collage de tissus et autres prouesses créatives, notre artiste en chef Haby nous a très bien guidé dans ce cheminement, au cours duquel les grands apprennent autant que les enfants. Ainsi, le vernissage à la Galerie dans le cadre du Festival de la Biennale des Arts de Dak’Art est tant l’aboutissement d’un dur labeur que le commencement d’une nouvelle aventure.

Setal Sunu Senegal !!

Pour parler un peu plus des oeuvres en elle-même, il y a eu divers travaux.

Premièrement, les dessins. Simples, élaborés aux crayons de couleur et feutres, agrémentés de cours poèmes (où malheureusement l’orthographe est une utopie de la 8e dimension.!),

les enfants y ont souvent illustré des scènes de la vie courantes avec des commentaires très élaborés pour expliquer pourquoi c’est pas cool de négliger l’humble Dame Poubelle et le gentil M.Lavabo.

Quelques dessins.

Art...

....initiatique !!



Ensuite viennent les peinture sur tissus, où la création se définit dans le même ordre d’idée. Après on a cousu ces peintures

ensemble pour faire 3 méga tableaux ( 1m70x1m70, 1m75x1m20, 1m40x1m40), accrochés fièrement sur tout un côté de la Galerie.


Puis vient la super star de l’expo : l’Arbre Atomique du 23e siècle, qui sera notre pain quotidien

si on continue de provoquer Mère Nature. D’une taille moyenne ( 1m40) et résultant de la sympathique

Sweety tree in a crazy world.!

association de divers matériaux de récupération, il a une couleur à pleurer qui fait penser à un passage furtif de

Chernobyl (c’était en fait la fin de tous les tubes de gouache;) ) et ses fruits sont des

bouteilles en plastique customisées et déformées au chalumeau.

Le résultat n’en est pas moins saisissant, et il prône insolemment au milieu de tous les tableaux.

Sa super structure anatomique est en carton et fil de fer, le tout recouvert de papier mâché.

Bref, une vrai sculpture d’art contemporain à faire pâlir de jalousie les créateurs d’ « œuvres » d’art

inconsistantes et indigestes qui fleurissent de plus en plus dans les galeries d’art dites branchées de chez nous.

Message in a bottle ..

Sinon, pour poursuivre le travail du papier mâché nous avons également utilisé cette matière

sur des bidons d’eau en plastique, pour une griffe sans égales. On y ajoute de la peinture et

du terreau à l’intérieur, et voici de charmants pots de fleur !! Ou comment mêler l’utile à l’agréable,

vos plantes n’en seront que plus ravies, et puis c’est bon pour la planète.

D’autre part, pour le côté marketing de notre projet, nous avons confectionné des minis toiles sur tissus, tout en collage de chutes de boubou coloré et peinture pour illustrer des personnages de la vie africaine : pilleuse de mile, porteurs d’eau, de riz, … Toute une ribambelle de tableaux, certes modestes mais il y a pour tous les goûts et tout types d’intérieur (cf : à vendre à 1000frc l’unité, soit 1,50 euros-livraison à domicile pour la France métropolitaine à mon retour, donc avis aux amateurs 😉 ). Enfin, quelques œuvres d’artistes amateurs : Mamadou, le graffeur en chef avec une charmante représentation très personnelle du Setal Sunu Senegal, et moi-même avec l’exposition officielle de ma première création picturale, plutôt kitch et en mode Flower Power. Appel d’offre pour les intéressés, je la vends à pas cher!! Et j’allais oublier la précieuse contribution d’Ama, un artiste peintre de Mbao (un vrai cette fois-ci!), qu nous a aidé pour la calligraphie de la banderole de comm. et de nombreux dessins.

Ibou posant devant le Flower Power, by Ana Barbera ..

Voyage entre les tableaux à dos de bouteille atomique .!

Ribambelle de bouchons mal embouchés.











Bref, après la présentation de toutes ces œuvres, les enfants ont également préparé des pièces de théâtres dont l’intrigue tournait autour thème de la journée.

Ainsi, une première pièces mettait en scène une femme qui jette des papiers par terre comme une terrible effrontée, et qui se fait donc remonter le boubou par ses sœurs. Ensuite, la deuxième pièce est sur le thème de la Chinggers (=mauvaise élève), où l’action se passe dans une salle de classe où une élève plutôt cancre met le bazar, elle est donc punie et doit nettoyer la classe. Après le paternel arrive et gros clash avec le prof, bref même si c’est du frolof les enfants ont été extra et chacun a improvisé dans son rôle pour vraiment jouer le jeu, on a beaucoup ri dis donc! Le tout avec un final en chanson et chorégraphié, où nos tendres chérubins répètent que c’est vraiment pas bien de salir, et qu’on remercie bien fort les Amis de l’Ecole et les Trois A. Autant atypique que réussi.

Magistral. Le public applaudit, et nous, animateurs, qui jouons toujours les durs devant les gosses car, il faut le dire, ce sont de vrais terreurs, on est quand même un peu submergés par l’émotion devant le succès de la journée, accomplissement d’un travail de longue haleine. Quoiqu’il  en soit, ce n’était que le vernissage et l’expo. va durer encore un mois. Mais quel plaisir de voir les enfants s’investans un tel projet, qui leur fait beaucoup apprendre tant sur un plan culturel qu’artistique et moral.

D’autre part, un groupe d’enfants talibés est venu assisté au spectacle et au cocktail. Accompagnés d’animateurs d’une asso. voisine (« L’Empire des Enfants »), ils avaient le sourire et ont beaucoup ri pendant le théâtre, ce qui faisait chaud au cœur quand on connaît leur quotidien difficile, ça leur change de voir un peu de créativité enfantine et surtout un grand saladier de beignets coco.!

Haby et son fiston, Moussa la terreur !

En dehors de ça, quelques invités sont venus admirer les œuvres et papoter autour du cocktail, mais sinon pas une foule de visiteurs. Il faut dire que le jour d’inauguration officielle de la Biennale des Arts de Dak’Art, il y a tellement de vernissage et d’expos dans toute la ville que ce n’est pas facile de choisir quelle galerie visiter. Mais au fond cela n’a pas d’importance, du moment que les enfants ont accompli quelque chose de concret qui a eu du succès dans une juste mesure, ça montre qu’avec peu de moyens on peut faire beaucoup. Le soir, sur la route du retour, ils étaient épuisés après une telle journée non-stop ponctuée de répétitions, présentations et empiffrages de beignets coco, mais bon c’est connu que le succès est grisant, et à notre plus grand dam on a revisiter tout le répertoire de chants des 8-12 ans pendant 1h…c’est dasn ces moments comme ça qu’on serait prêts à payer n’importe quoi pour avoir 5 minutes de silence!

Une jolie re-présentation enfantine d’un thème de grandes personnes qui soulève tant d’inquiétudes aujourd’hui quant à l’avenir, voilà qui prête à réflexion, surtout quand on voit que le sujet de l’environnement occupe une place importante au cœur des débats socio-politiques actuels,  et soulève des actions tant opportunistes qu’ intéressées qui au final nous porteront préjudice et surtout aux générations à venir. La vérité ne sort que de la bouche des enfants dit-on, c’est souvent vrai car ils ont le don de mettre des mots simples sur des choses qu’on préfère ne pas mettre en avant. C’est sûr que ce n’est pas avec notre arbre anato-atomique en papier mâché qu’on va changer le monde et instaurer le tri sélectif dans les ghettos de Dakar, mais c’est en posant quelques cailloux sur la route qu’avec le temps on arrive à construire une muraille.

Publicités

~ par anabarbera sur 10 mai 2010.

2 Réponses to “Setal Sunu Senegal.”

  1. Coucou,

    Les toiles à 1000FC sont celles qui sont accrochées derrière l’arbre ? J’en veux bien une mais il est difficile de choisir !
    – Celui en noir et blanc, en bas à gauche de l’arbre
    – Celui en orange, en haut à gauche de l’arbre.

    Ils représentent quoi ?
    Je les veux bien mais on voit mal !

  2. Salut Anais,
    de retour du jardin sous une pluie fine ……………
    curieux de tout, je prends le temps de regarder le blog dans lequel tu montres et tu te montres dans des réalisations individuelles et aussi collectives et je suis content à titre personnel d’avoir à travers ce blog une ouverture à un petit coin du monde qui vit son histoire ordinaire et ou tu prends aussi une part active dans le quotidien des enfants, familles et pour ma part, c’est une belle aventure humaine !!!!!!
    Cordialement
    Gilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :